12 juillet 2012 – Wismar – Neubukow

Il fait 17 degré ce matin, nuageux et on annonce de fortes pluies. Nous pensions rester une nuit de plus pour profiter de Wismar, classée au patrimoine mondial, mais tout est réservé à l’hôtel pour la nuit suivante. Nous devrons donc nous mettre en route après avoir visité la ville. Nous espérions obtenir des informations sur le parcours à vélo mais ni le centre d’information, ni la libraire locale, ne possèdent de cartes. Nous croisons déjà de très nombreux touristes itinérants comme nous. Nous devrons nous contenter des cartes achetées dans une station service en cours de route.

Wismar est une charmante petite ville du land de Mecklembourg Poméranie. Nous sommes dans l’ancienne Allemagne de l’Est et ce land était (et reste) un des plus pauvres, des moins industrialisés et des moins peuplés. Nous découvrons la ville à vélo avant de nous lancer pour le grand départ. A Wismar, nous visitons l’Eglise saint Nicolas avec des orgues remarquable. Nous avons la chance d’entendre l’organiste improviser sur des musiques des Beatles ou de Eric Clapton. Nous laisserons la voiture pour trois semaines sur parking public gratuit en espérant qu’il ne soit pas prévu d’y organiser un festival rock.

Et nous voilà en route. Il fait très nuageux et venteux mais rien ne nous arrête. Si, quand même, 15 km plus loin, je crève le pneu arrière. Démonter la roue, changer la chambre à air, remonter le pneu, s’apercevoir que la nouvelle chambre à air de remplacement est aussi crevée, retirer la chambre à air, réparer la première chambre à air, remonter le pneu et lorsqu’on est prêt à repartir, se cacher sous un arbre pour se protéger d’un déluge. Nous sommes rincés de la tête au pied. Anne est très détendue. Elle me dit quand même : trois jours comme cela et je rentre. C’est bon. Y a de la marge.

Et on repart pour s’apercevoir qu’on était à 150 m d’un café derrière le tournant. C’est l’heure de se sécher et de se regonfler le moral. Pendant la halte nous faisons le point et comme l’horizon reste bouché, nous réservons un hôtel dans un petit bourg à 15 km, où nous savons pouvoir trouver un magasin de vélo (la chambre à air réparée ne me rassure pas totalement). Arrêt à Neuboukow, ville natale d’Heinrich Schlimann, l’homme d’affaires passionné d’archéologie qui a découvert l’emplacement de la ville de Troie.

Évidemment à 30 km par jour, nous seront pas rentrés pour Noël. Qu’à cela ne tienne, « à chaque jour suffit sa peine » comme disait ma vieille mère citant l’évangile selon saint Matthieu.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.